A165 - Quelle durabilité pour un service de gestion des déchets dans une ville intermédiaire ? Retour d’expériences à Dolisie (Congo)

Auteur : Giglah Bikouya, Florian Marchadour

1 mai 2021

La gestion des immondices et l’évacuation des eaux usées constituent un des problèmes majeurs de la politique urbaine en Afrique subsaharienne. Si le taux de production de déchets par habitant y est le plus bas du monde, l’enjeu n’en demeure pas moins préoccupant dans la mesure où le sous-continent présente la croissance de production de déchets la plus rapide au monde. La dernière évaluation de la production annuelle de

déchets dans le sous-continent est celle du rapport « What a Waste 2.0 » de la Banque mondiale, l’évaluant à 174 milliards de tonnes en 2016. Elle pourrait tripler d’ici à 2050 (Kaza et al., 2018, p. 76).

Les décharges spontanées restent le mode de stockage des déchets le plus répandus dans les quartiers pauvres des villes. Les ordures sont rejetées dans la nature, en dépit des dangers qu’elles représentent pour la santé et l’en- vironnement : contamination des eaux de surface et des rivières, présence de vermines et de polluants qui peuvent s’infiltrer dans les nappes phréatiques, obstruction des canalisations d’eaux pluviales, émanations de méthane issues de la décomposition de la matière, transmissions de maladies (typhoïde, cho- léra, maladies diarrhéiques, etc.), éparpillement des ordures par le vent, etc. (Quénot, 2010).