A46-Journal de la Société Ouest-Africaine de Chimie N°32 de décembre 2011

3 décembre 2015

Cet article a été réalisé par “la Société Ouest-Africaine de Chimie”.

Le compostage représente aujourd’hui l’une des voies les plus sûrs de valorisation des ordures ménagères dans la plupart des pays en développement (PED). Pour déterminer tous les éléments nécessaires aux paramétrages techniques du compostage, des campagnes de caractérisation physique des déchets ont été réalisées sur deux saisons sur la décharge finale de Lomé et sur les déchets sortant directement des ménages. A l’issu de ces résultats, quatre composts ont été élaborés, soit deux des déchets bruts après le tri des indésirables et deux provenant des collectes sélectives de la fraction putrescible. Les paramètres tels que l’humidité, la température, le pH et la matière organique ont été suivis. La qualité du produit fini a été recherchée par l’analyse des nutriments et des métaux lourds. Seul la teneur en Pb est au dessus de la norme Afnor à cause de ces origines multiples. Le test de lixiviation est effectué afin de déterminer le potentiel de relargage du Pb. La rétention du Pb est donc très forte et se fait non seulement sur la matière organique mais aussi sur les hydroxydes métalliques soient par échange cationique ou par fixation sur les carbonates. Les résultats du test de germination donnent des indices au-delà de 50% et ceux des AT4 donnent des valeurs comprises entre 5 et 7 mgO2/g MS. Un accent sur le tri est donc indispensable afin d’obtenir un compost de qualité avec une teneur élevée de la matière organique oxydable.